Merci de faire une recherche avant de poster :)

Nous sommes actuellement le 07 Août 2020 23:12

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier une réponse
Nom d’utilisateur:
Sujet:
Corps du message:
Saisissez votre message ici. Il ne doit pas contenir plus de 60000 caractères. 

Émoticônes
O_o :D :O ;) 8) :p :[ >( :o :s :( :o :-o :roll: :x :p2pfr: :bisous: :oops: :cry: :evil: :makeadeal: :pleure: :french: :help: :miam: :vomi: :sniper: :spit: :teleport: :wobble: :ass: :dispute: :fume: :google: :aime: :boire: :coucou: :diable:
Voir plus d’émoticônes
Taille de la police:
Couleur de la police
Options:
Le BBCode est activé
[img] est activé
[flash] est activé
[url] est activé
Les émoticônes sont activées
Désactiver le BBCode
Désactiver les émoticônes
Ne pas compléter automatiquement les liens
Question
Écrivez "humain" puis remplacez la lettre "a" du mot par ce symbole: 挧:
Cette question est un moyen d’identification et de prévention contre les actions automatisées.
   

Aperçu du sujet - Chroniques d'animes
Auteur Message
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
Dimension W - 13 épisodes

Un anime qui, dirait-on, reprend pas mal d'éléments de Steins:Gate, pour en donner une version plus courte mais aussi plus banale.

Dans le futur, des scientifiques font la découverte de la dimension W, et de façons de l'exploiter pour en tirer suffisamment d'éléctricité pour alimenter les métropoles. Cette énergie sert aussi aux robots auxquels sont gréffés des appareils homologués exploitant cette énergie.
Notre personnage principal déteste ces machines et refuse leur confort. Il fait partie d'une unité chargée de retrouver les appareils non-homologués en circulation. C'est ce qui l'amène à croiser la route d'une jeune robot a l'intelligence artificielle très réaliste. Cette jeune robot vient de perdre son créateur...
L'un comme l'autre n'ont pas connaissance de toute leur histoire, mais ils savent qu'elle est liée à ces appareils illégaux. Ils partent sur les traces de leurs souvenirs...

Note : 13/20
Message Publié: 19 Juil 2020 10:11
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
Samurai 7 (2004 - 26 épisodes)
https://myanimelist.net/anime/166/Samur ... amurai%207

L'anime est inspiré de l'oeuvre les 7 samouraïs d'Akira Kurosawa, sauf qu'il se déroule dans un univers ayant une touche fantastique. Seules les grandes lignes du scénario sont communes : des paysans prennent le risque d'engager des samouraïs pour se défendre des groupes de brigands mécanisés qui viennent piller leur riz.
D'abord, ils devront trouver ces samouraïs...

Les personnages suivent de doux stéréotypes, le fougueux, le souriant, le sombre...
Kanbei, celui qui châperonne les autres est parfois un peu décevant dans sa sagesse silencieuse, du moins, il n'est pas le plus charmant par rapport à la place qu'il occupe, mais cela n'est pas bien gênant.
Le personnage principal féminin, la sourcière, a un rôle de prêtresse assez ordinaire dans les animes, son rôle est presque toujours transversal, elle a le caractère qui va pour, ce qui peut susciter un peu d'antipathie.
Ces samouraïs doivent se battre, mais ça castagne peu, l'action n'est pas le point fort de l'anime. Il offre plutôt une bonne dose de légèretés, une bonne répartition d'échanges entre les personnages, et une promenade divertissante dans un monde de paysans et de marchands (ce dernier étant toutefois réduit à un rôle d'exercice du pouvoir sur le peuple ici).

Les dessins et l'animation souffrent légèrement de la vieillesse, mais la réalisation me semble assez homogène. Les effets d'échelle du fait de la présence des «mechas» rend assez bien le le gigantisme et la dimension de puissance que peut avoir la machinerie.

Bien que l'atmosphère reste dans le domaine du shônen, la réalisation est assez sérieuse et préserve un certain plaisir de visionnage. A un visionnage déjà un peu avancé, j'ai été agréablement surpris par certaines situations qui font réfléchir pour de vrai (sans aller jusqu'au même degré que la première adaptation de Legend of the Galactic Heroes).

L'anime donne moins l'occasion de s'attacher aux personnages, on pourrait s'identifier aux jeunes, qui centralisent nos interrogations sur le futur du monde où les samouraïs n'auront plus la place qu'ils ont. On rattachera à soi les quelques éléments de romance, qui serviront au suspense et aux questionnements.

La série ne cède pas à la facilité...

15/20
Message Publié: 28 Mai 2020 08:03
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
Dorohedoro
https://myanimelist.net/anime/41053/Dor ... a_no_Omake

L'histoire est centrée sur 2 personnages, dont l'un a une tête de lézard. Sa quête consiste à retrouver le sorcier qui l'a transformé, parce qu'il aimerait retrouver celle d'origine.
Les sorciers vivent dans une autre dimension qui n'est pas accessible aux humains. Ces sorciers se servent des humains pour se livrer à des expériences de transformations et de mise en charpie cruelles.
La bande des deux potes, le lézard et sa bonne copine, sont un peu des brutes, et se castagnent avec les sorciers en visite dans leur monde.

Un anime de 2019, plutôt gore et délirant (il y a des viscères ou similaire à tous les épisodes, sans trop de réalisme et avec edulcorant), bon enfant et pas déprimant.
Le style de dessin n'est pas non plus tout mignon, les personnages sont légèrement surdimensionnés, l'esthétique est, faute de trouver meilleur qualificatif cyberpunk, en pensant aux vieux comics du genre, bien que la technologie n'ait pas un grand rôle dans cette histoire.
Une de ses réussites, j'ai trouvé, est de parvenir à brouiller les frontières : on suit aussi bien les péripéties des «gentils» humains que des «méchants» sorciers.

J'ai au début pensé à l'anime de Go Nagai «DevilMan Crybaby» en pensant que l'univers serait trash, mais est il est plus gore que trash, et surtout, l'oeuvre est plus mature (pas de psychologies de personnages improbables, de beaux-gossitudes et autres ficelles courantes).
On pense aussi un peu à Jojo pour les persos barraqués et l'atmosphère.

Bien qu'il soit jovial, l'anime suscite tout de même un peu d'inconfort. Je ne me suis pas senti accroché par l'univers ou l'histoire. La saison dure 12 épisodes. Y'a un côté fast-food, avec Dorohedoro vous prenez un hamburger avec un crapaud dedans. Pas un vrai, heureusement, donc on peut quand même croquer dedans.

Note: 14.5/20
Message Publié: 20 Mai 2020 20:34
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
Kimetsu No Yaiba

Un jeune homme vivant à l'écart de la ville avec sa famille s'y rend une journée pour y travailler.
Lorsqu'il revient, il retrouve sa famille assassinée. Il comprend que c'est l'oeuvre de démons.
Parmi les victimes, sa soeur est encore inconsciente, elle est malheureusement elle-même devenue un démon.
Plutôt que de pleurer sur son sort, il jure de trouver un remède pour sa soeur...

Un shonen dans un univers relativement ensanglanté, qui dans ce choix esthétique et dans sa modernité me fait penser à Dororo. On reproche a cet animé un certain manque de profondeur. Sans doute. Le personnage principal évoque un peu celui de HunterXHunter : plein de gentillesse, mais un peu sauvage et prêt à affronter tous les dangers.
Je le note un peu mieux que Dororo, car la mentalité du protagoniste de ce dernier m'avait assez dérangé.

Simple et pas désagréable à regarder.

Note: 14.5/20
Message Publié: 29 Jan 2020 21:01
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
Terra Formars
https://myanimelist.net/anime/22687/Terra_Formars/

Terra Formars raconte l'arrivée sur Mars d'une troupe recrutée pour y effectuer une mission scientifique. Pas de bol pour eux, Mars n'est pas très accueillante.

Si vous n'êtes pas nouveau au pays des animes et avez déjà vu Claymore, il y a pas mal de similitudes, en fait carrément des emprunts : les histoires de combattants améliorés par hybridation entre humains et monstres, les rangs des combattants, des mini-scènes qui reprennent certains comportements de personnages (korose korose, ugoke ugoke...).
Et ce manque d'originalité est en cohérence avec le reste, ce qui fait de Terra Formars une oeuvre plus plate.
Terra Formars frôle même l'absurde et le ridicule, tout en restant sérieux : les monstres sont (presque) tous identiques et hyper musclés, et le protagoniste principal a 2 antennes sur la tête, mais c'est juste un détail.
Pendant les combats, une description des personnages par le narrateur sur un ton encyclopédique vient parfois fournir le backgroud, on n'est plus loin de chasse et pêche...

Ces lacunes de conception donnent aussi un peu de légèreté. Donc si vous avez envie de regarder un truc peu éxigent envers votre cerveau, pourquoi pas. Juste bien que l'anime ne soit pas plus long, c'est assez rare pour moi mais bien qu'il y ait une suite je ne suis pas sûr de la visionner.

Préferez nettement visionner Claymore pour un anime qui met en scène le même genre d'histoire, mais plus riche et intense.

Note: 13/20
Message Publié: 21 Oct 2019 02:07
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
Dororo, 24 ou 26? épisodes.

Un seigneur noue un pacte avec les démons pour sauver son fief en proie à la famine.
Le tribut à payer, c'est son fils dont la naissance est précipitée qui en paiera le prix : il naît écorché, sans ses yeux ni ses membres.
Plutôt que de garder l'enfant, il est confié à une servante qui a pour ordre d'en disposer.
Comme on s'en doute, l'enfant survivra, et il est balèze, parce que même aveugle, muet, et sans ses bras ni jambes, il ira combattre les démons. Et ouais.

Sans être un seinen, l'anime a quelques traits de maturité, notamment sa trashitude des premiers épisodes qui peut rappeller celle de Berserk. Mais ça reste un shonen, une aventure plutôt sympa à regarder, mais pas une oeuvre dont on se remémorera.

14/20
Message Publié: 27 Août 2019 20:10
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
Sirius the jaeger

L'histoire : un jeune aux yeux bleus qui part à la chasse aux vampires.
Il est accompagné d'autres chasseurs/mercenaires, dont un scientifique qui l'a reccueilli lorsqu'il était jeune.
12 épisodes.

Avis : anime barbant, sans surprise, beau-gossitude du protagoniste (ses yeux) un peu irritante mais ça va.
Anime qui peut se regarder si vous n'avez rien à vous mettre sous la dent, c'est mon cas, mais cherchez ailleurs.

11/20
Message Publié: 27 Août 2019 19:56
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
Beelzebub

Celui-là n'est pas tout récent (2011 ?).
L'histoire c'est un bébé prince des démons qui déboule sur Terre, et qui est retrouvé par Oga, un lycéen d'apparence plutôt classique, mais qui cotoye aussi les voyous de son bahut.
Oga se retrouve à la charge du petit abandonné, aidé à la tâche par une "maid" démoniaque, servante du prince.

L'anime a une dimension humouristique qui m'a un peu fait penser, pour donner une vague idée, à Gintama ou Jojo's Bizarre Adventure, en moins extrême mais aussi en plus constant, et avec une touche ecchi (dans l'esprit plus que dans le graphisme) que ces 2 grands autres animes n'ont pas. L'anime compte 60 épisodes, je pense ne m'être mis dedans qu'à partir du 15ème à peu près.
Il y a aussi un peu de baston, forcément, avec des voyous et des démons... Enfin, ajoutons que la réalisation est d'assez bonne qualité.

15/20
Message Publié: 27 Déc 2018 16:49
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
DevilMan Crybaby

Un anime adapté du manga de Go Nagai, soit l'auteur de Goldorak (Mazinger) dont je ne connais pas bien les oeuvres.

Ca parle d'un blondinet au caractère bien froid qui rappelle son pote d'enfance pour lui dire qu'il a trouvé des démons et que la population est en danger. Pas dénué de moyens, le tandem pactise avec les démons afin de les combattre. Le DevilMan aura t-il quelques cas de conscience ?
L'oeuvre est allègrement transgressive, les démons ont des vices. Ce n'est pas Urotsukidoji, mais il y a un peu de ça.
L'esthétique de DevilMan, en particulier le 1er épisode, est assez salace. L'opening de l'anime se fait sur un fond de zik techno et des effets kaléidoscopiques en noir et blanc, que j'ai trouvé assez immersif, et qui dénotent complètement des openings habituels d'animes.
L'adaptation est de Netflix (du moins le producteur), mais les studios sont japonais. Des doublages en plein de langues existent, il y a notamment des passages de rap qui sont chantés, parfois traduits, parfois pas. C'est assez marrant de retrouver laquelle est la version originale, pour la première prestation (épisode 1), c'est le japonnais, mais pour la seconde (épisode 4 je crois), les rimes ne valent que dans la version anglaise.
L'histoire est sans doute simplifiée par rapport à la version papier pour ne tenir qu'en 10 épisodes, mais le rythme ne choque pas et on obtient quelque chose d'assez standard. C'est presque mieux qu'on ne nous laisse pas le temps de nous attacher aux personnages et à leurs relations.

Je lui donnerais un 14.5/20, parce qu'il est transgressif et qu'il faut des animes qui prennent ces risques, mais je ne viserais pas beaucoup plus haut car si on lui retire son enrobage choquant, l'anime perd quelques crans de qualité, notamment le style visuel, qui est bien coloré, mais un peu simplifié, et pas extrêmement bien animé.
Message Publié: 07 Déc 2018 15:38
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
Seishun Buta Yarou wa Bunny Girl Senpai no Yume wo Minai
https://myanimelist.net/anime/37450/Sei ... e_wo_Minai

Ô yeah, voilà un anime bien corsé, pour les petits pervers romantiques, pervers au second degré pour le coup.
De mon avis, il s'agit de la meilleure sortie hiver 2018, qui est encore en cours de diffusion.

L'anime fait partie du genre "romance / tranche de vie / vie de lycéen" que je n'ai pas particulièrement exploré, mais dont j'ai déjà apprecié quelques oeuvres comme Hanasaku Irona que j'ai commenté plus haut.
Seishun Buta repose beaucoup sur le dialogue déséquilibré entre les 2 principaux protagonistes, tous les deux perspicaces dans la façon d'appréhender leurs rapports. Elle, est une actrice. Lui, traine une mauvaise réputation dûe à un incident passé dont on sait peu de choses.
Et pour extirper de la banalité cette histoire d'amour lycéen, s'y entremêle une intrigue qu'on pourrait qualifier de métaphysique à base de physique quantique (oui, vraiment), qui range cet anime dans la modernité.
Le décor est quand même assez fortement idéalisé, avec des personnages appartenant à une certaine classe sociale qui peut provoquer une légère rebutance, une impression qui nous marque les premiers épisodes puis s'oublie.
L'anime traite des thèmes sérieux sur fond surréaliste, avec des dialogues plutôt cools et piquants. Graphiquement assez simple mais bien réalisé.
Au final je le place parmi les meilleurs animes réalisés ces dernières années.

16.5/20
Message Publié: 06 Déc 2018 01:03
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
QuanZhi fashi

Un anime chinois (voix chinoises <3) avec des magiciens, quelques monstres, et un lycée.

On pourrait avoir quelques réticences sur la production :
- l'animation est en deça de la norme
- le voice acting est pas génial
- la zik plutôt passe-partout et kitsch

Mais y'a des éléments que j'aime bien :
- pas d'abhération sur le scénario ou les psychologies
- les dialogues qui sont plutôt sincères / naturels / matures / pas naïfs / un peu drôles
- le principe de l'anime qui est assez conventionnel, mais curieusement cela me convient bien. La progression n'est pas mauvaise.

Alors bien qu'il ait un petit côté low-budget, je trouve que c'est un bon anime pour passer le temps.
J'ajoute qu'il y a quelques petites scènes de "reluquage", car en fait on le renie mais on kiffe tous Alerte à Malibu.

Il y a 3 saisons.
12eps pour la 1ère saison.
Les avis que j'ai lu sur la 2ème saison tendent vers la déception.

Malgré tout, et pour encourager ces studios chinois, je leur accorderai un 13.5/20, soit la même note que Psycho pass qui est beaucoup mieux réalisé mais qui me retourne le cerveau dans le mauvais sens pour ses quelques lacunes.

Visionnage presque fini de la saison 2.
En fait, c'est pas si mal, même pour la saison 2. Autre ambience (on quitte l'école, et la préoccupation de notre héros s'éloigne de celle qu'il avait initialement), mais l'anime maintient son rythme.
Message Publié: 18 Nov 2018 19:24
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
Hangakyou no Lelouch : Koudou + Handou + Oudou
https://myanimelist.net/anime/34438/Cod ... I_-_Koudou

Lelouch est l'un des animes que j'avais regardé dans la période où j'ai vraiment commencé à regarder des animes aux alentours de 2007. Je l'avais visionné après Death Note, en notant que les personnages principaux avaient quelques traits communs, j'en avais retenu que Lelouch m'avait davantage plû, et que ça aurait presque été mieux que je ne regarde pas du tout Death Note, pour éviter une sorte d'effet de redite.

Lelouch figure parmi les animes les mieux notés sur MyAnimeList, avec des notes pour les saisons 1 et 2 qui frôlent le 9/10.
Ici on ne parlera pas des séries, mais des 3 films parus en 2017-2018 : Koudou, Handou, Oudou.
Ces films sont des récapitulatifs des 2 séries diffusées 10 ans auparavant, et servent à annoncer un autre film qui traitera cette fois-ci d'un bout inédit de l'histoire, prévu pour 2019.

Pour le dire brièvement : ces 3 films sont incompréhensibles.
"Récapitulatif" n'est pas toujours à prendre au mot, parfois il s'agit de réadaptations, qui ont leur propre rythme, avec des graphismes différents (exemple: les OAVs de Berserk, qui ne sont pas non plus une grande réussite...). Il se pourrait même qu'il s'agisse de copier/coller et réassemblage en mode «avance rapide» à partir des vieilles séries, car je n'ai pas l'impression que les graphismes soient particulièrement réhaussés.
Ces films réussissent une prouesse qui est d'occulter complètement les relations entre les personnages, qui agissent donc dans un sens ou dans un autre sans qu'on ne sâche bien pourquoi.

Au mieux donc, vous pourriez les regarder comme cure de rappel si vous avez regardé les saisons 1 et 2 et que vous les avez encore en tête, et que vous voulez vous remettre dans le bain avant de visionner le film qui sortira prochainement.
Message Publié: 14 Nov 2018 19:59
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
Psycho-Pass saison 1

Un anime bien noté sur MAL.
Fiche : https://myanimelist.net/anime/13601/Psycho-Pass

L'histoire tourne autour d'une brigade de flics composée de 2 inspecteurs et de plusieurs "éxécuteurs" équipés d'une arme qui évalue le degré de criminalité des cibles.
Pour pimenter la chose, les éxécuteurs sont eux-mêmes catalogués comme criminels. On part donc à la chasse aux meurtriers pour une justice très expéditive.

Après avoir visionné la saison 1, je pense qu'il ne mérite pas sa bonne note sur MAL.

En fait il commence mal, car les règles qui régissent ce monde tel qu'il est présenté ne tient pas debout. Mais c'est chose commune avec les animes, ça repose sur des trucs qui tiennent pas debout et agacent faute de cohérence, mais il faut les accepter.

Au bout de quelques épisodes, cette mauvaise impression se substitue à la progression de l'histoire et des personnages.

Les bons points de l'anime tiennent surtout à la réalisation graphique. Pas époustouflante mais plaisante (Production IG), la petite nouvelle dans l'équipe, protagoniste principale de l'anime, a une bonne bouille.
Kogami, son coéquipier mâle et second protagoniste de la série, est déjà plus cliché, c'est le flic un peu taciturne, dont la protagoniste pourrait facilement tomber amoureuse, et qui assure bien dans son job.

La série est parfois comparée à Ghost In The Shell, il y a certes des points communs sur les grandes lignes, notamment qu'il est question d'intelligence artificielle dans l'anime, mais Psycho-Pass s'en éloigne en étant beaucoup moins alambiqué. Donc bien que le contexte initialement posé ne tienne pas debout, il reste abordable et compréhensible (ce qui n'est pas le cas dans GITS).
L'esthétique me fait aussi un peu penser à Ergo Proxy (que j'ai visionné il y a un certain temps sans en garder grande impression), ce dernier est toutefois plus spécial.

En résumé, pas désagréable à regarder pour la qualité de la réalisation, et pour se laisser entraîner par l'action, mais rien de vraiment attachant ou de mémorable dans cet anime, au moins pour cette première saison (22 épisodes).

Note: 13.5/20

Edit: après visionnage de la saison 2 (11 épisodes), ça s'améliore un peu. On retrouve une trame difficile à suivre (un peu comme GITS), les exagérations sont moins flagrantes, plus rapidement plongé dans l'intrigue aussi. Donc moins irritant, mais je ne pense en changer ma note.
Message Publié: 05 Nov 2018 19:26
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
Kill la kill

Par les auteurs de Guren Lagan il me semble.

Un des animes les plus pénibles que j'aie vu dernièrement.
En très résumé, l'histoire c'est une meuf dont le père est scientifique mais qui ne sait pas grand chose de lui, qui tape l'incruste dans un nouvel établissement scolaire où une discipline de fer règne. En cherchant à retrouver les traces de son père, elle va se mettre à dos le conseil disciplinaire de l'établissement. Ce conseil utilise des vêtements spéciaux qui leur confère des pouvoirs et une force surhumaine, mais l'héroïne a bien l'intention de s'y frayer un chemin.

L'anime est dans son ensemble assez original, esthétiquement ainsi que la place saugrenue que prennent les "vêtements" dans l'univers. Le dessin est assez saillant, nerveux, propice à l'action. Mais c'est aussi ça qui est agaçant, les persos sont à cran tout le long.
Bien sûr l'idée des uniformes spéciaux est prétexte à l'érotisation. Légèrement obscène par moment, genre hentaï, mais ça reste un anime d'ados.
Pas évident de formuler ce qui pêche. Il n'y a pas vraiment d'attente, d'interrogation, d'idée, tout est fourni sur le fil et l'action continue est censée nous divertir. Des grandes lignes sont tracées, mais on sent qu'il n'y a pas non plus volonté de les développer vraiment.
En gros, c'est un anime spectacle, avec une esthétique agressive, et je ne sais pas si le mangaka est un gros stressé qui a le chic de pouvoir mettre en dessin du pulsionnel mais on aurait bien aimé qu'il se détende un peu et qu'il nous raconte autre chose, ou bien qu'il aille plus loin dans son délire histoire d'avoir quelque chose qui du point de l'histoire ne suit pas les règles plan-plan de l'anime shönen d'aujourd'hui.

Note: 9/20
Message Publié: 27 Juil 2018 09:19
  Sujet du message:  Re: Chroniques d'animes  Répondre en citant
Initial D : https://myanimelist.net/anime/185/Initial_D_First_Stage

Initial D est un anime plutôt populaire de courses de voitures, qui comprend 5 saisons, et dont la dernière saison date de 2014.
Du fait d'avoir eu sa production étalée sur plus d'une dizaine d'années, la tâche d'en faire une oeuvre cohérente est rendue difficile pour ses concepteurs. Ce qui *doit* rester cohérent, est resté cohérent : les personnalités des protagonistes, les voice actors, et l'histoire, reste égale durant ces 5 saisons. Mais il y a aussi quelques changements de design, qui sont parfois un peu osés, mais dont il ne faut à mon avis pas tenir rigueur.
C'est suffisant comme prétexte pour que, dans les avis que vous lirez peut-être, ça se mette à râler... pourtant, dans la façon dont sont négociés certaines situations problématiques dûs à ce découpage des années, Initial D ne s'en sort pas si mal.
Les animevores l'ont peut-être remarqué, la quasi intégralité des animes où une compétition est en jeu, ou bien où des relations sentimentales sont en jeu, imposent une contrainte qui est de ne pas décevoir son public, et d'avoir une sorte de happy end.
Imagineons donc, au hasard, 50 épisodes, avec 25 épreuves. Si toutes ces épreuves sont relevées avec brio, ça fait un peu bizarre, non ? Initial D pêche sans doute ici, comme tout anime qui joue sur le terrain de la compétition, à ne pas savoir toujours expliquer comment le protagoniste parvient à se dépasser soi-même pour gagner. Ni à expliquer comment, malgré ce progrès, ses adversaires le mettent toujours au défi. Initial D fournit un tas d'explications, parfois convainquantes, qui jouent sur les réalités techniques des courses automobiles, jusqu'à un certain stade. Du point de vue des relations, là aussi, il faut éviter les happy end à répétition... Initial D prend donc quelques risques, et amène au sujet des déceptions normales de la vie, parfois de façon un peu abruptes. Donc pour ces raisons qui trahissent nos attentes habituelles, Initial D peut provoquer du mécontentement.
Mais dans son originalité,'Initial D a aussi des qualités, c'est notamment son thème, inspiré des courses de col se déroulant au Japon, et du culte voué à un modèle de voiture : l'AE86, une voiture qui ne paie pas de mine. Et c'est aussi sa musique, qui pioche dans un genre particulier : l'eurobeat, un genre musical qui se situe entre la new beat belge, la pop et la dance avec une petite touche rave.
L'esthétique du tout est un peu kitsch à divers égards, mais c'est aussi ça le charme de cette série. Les courses peuvent être un peu longues/banalesrépétitives à visionner. Et l'histoire n'est pas celle d'un chef d'oeuvre élaboré de bout en bout. Mais Initial D est donc plutôt réussi dans sa modestie... un peu comme Takumi, le conducteur de la 86, qui a des traits d'anti-héros. Les mentalités des personnages sont en effet un autre bon point de l'anime.
Un anime à voir pour découvrir un monde et profiter du spectacle des caisses qui roulent plus que pour la profondeur de son intrigue.

Note: 14/20, ça pourrait être 15 voire 16, mais le fait qu'il y ait eu plusieurs saisons contribue à le faire trainer en longueur avec des répétitions, alors qu'il aurait peut-être pu se déployer autrement si l'oeuvre avait cru en sa propre ambition dès le départ.
Message Publié: 28 Mai 2018 01:47

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Aller vers:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr